10.6.13

Il y a quelques semaines, j'ai retrouvé mon exemplaire du magazine L'OFFICIEL de mars 2012. Comme beaucoup, j'avais craqué pour la couverture pastel et la coiffure on ne peut plus kawaii de la modèle. Je me demandais si la mode française s'était sérieusement intéressée à la mode des rues de Tokyo.




En feuilletant les pages je tombais sur une photo de la belle Eriko Nakao. J'étais un peu déçu que sa photo ne soit pas aussi grande que celle de Kate Moss x)
En feuilletant les pages de nouveau, je découvrais que le mot kawaii était connu des rédacteurs et qu'il servait à définir certaines tendances.
En feuilletant les pages encore, je tombais sur un interview de David Hamilton.



Il y a un an je ne connaissais pas David Hamilton et je n'avais pas dû prêter garde à cet interview.
Cet hivers je fus enchanté par une musique, c'était le générique de Bilitis, un film réalisé par ses soins. Je découvrais alors le travail d'Hamilton et j'étais sous le charme.
Hamilton, c'est frais, c'est simple, décousu de toute mauvaises intentions. L'innocence comme on en parle plus.












En relisant cet OFFICIEL, je pouvais alors me délecter des mots que j'avais manqué il y a un an: les mots d'un artiste.



Il y a un an naissait la tendance pastel de manière officielle. Il y a trois ans, elle naissait à Harajuku. Il y a bien plus, elle naissait dans le coeur de ceux qui la comprennent.

Ps: Mes parents ont apparemment quelques posters de lui. J'espère pouvoir les récupérer bientôt.

~

Some weeks ago, I found L'OFFICIEL magazine of march 2012. I had bought it last year. Like many people, I had a crush for the pastel cover and the kawaii hairstyle of the model. I was wondering if french fashion had found interest in Tokyo street fashion.


Turning pages, I fell on a picture of the beauty Eriko Nakao. I was a little upset than his picture wasn't as big as Kate Moss one x)
 Turning pages again, I discovered than kawaii was well-known from redactors and was used to decrypt to some trends.
Turning pages again, I fell on David Hamilton interview. 



One year ago, I didn't know David Hamilton and I hadn't paid attention to this interview.
 This winter I was enchanted by a music, It was Bilitis ending, a movie realised by him. I was discovering Hamilton works and I was charmed.
Hamilton, It's soft, simple, detached of any intentions, except to present the innoncence of things.




Thanks to this magazine, I took pleasure to read the words I had missed one year ago: the words of an artist.

 
One year ago was born the pastel trend in a formal way. Three year ago, It was born in Harajuku. More than that, It was born in the heart of those who believe in it.

Ps: My parents seem to have some posters. I hope I could get back them.

No comments:

Post a Comment